Livre d'or

Merci de me laisser un petit message! Bienvenue! Welkom!

268 message(s) dans le livre d'or

Azrael Le 22/11/2007

Comme je l'ai dit, je ne suis pas un militant rattachiste.

Mais je suis quand même désolé de vous "infliger" ce petit copié-collé afin de faire progresser, contre vents et marées, la discussion démocratique et donc par définition contradictoire.

"Je ne suis pas de ceux qui conçoivent un dépit existentiel profond du fait d'être de culture française en appartenant à un autre Etat que la France. Le Néo-Zélandais moyen est de culture anglaise et ne souffre pas de n'être plus membre du grand empire britannique. Mais la Nouvelle-Zélande marche, pas la Belgique.

Donc, si la Belgique ne marche pas, le Wallon que je suis est inévitablement amené à se concentrer sur ce qu'il est, un Wallon, et à se préoccuper au premier titre de l'avenir de sa région. Devant le constat que la Wallonie n'est pas une nation, il lui faut donc trouver une nouvelle appartenance nationale.

Quand on en est à ce stade, on devient forcément impatient de voir les choses se résoudre une bonne fois pour toutes : le cadre belge n'a pas permis à la région de se remettre sur pied et le cadre néo-belge que la partie flamande va, selon toute probabilité, nous imposer le permettra encore moins en créant une concurrence déloyale entre régions d'un même pays et en prolongeant, voire, aggravant les dérives sous-régionalistes et clientélistes qui plombent le fonctionnement de la région. Il vient un moment où l'on en a marre de cette déglingue qui se perpétue sans aucune lueur d'espoir. Cela fait bien longtemps que je ne crois plus un mot de la propagande wallonne nous promettant le redressement avec un grand R, lugubrement concrétisée par les innombrables plans de redressement, contrat d'avenir, plan Marsupial et autres stupidités qui s'attaquent à tout sauf aux vrais problèmes : le chômage structurel (nous en arrivons à la deuxième génération de chômeurs "professionnels" dans une part minoritaire mais significative et incompressible de la population, que l'on ne se propose absolument pas de ramener à la réalité), la déglingue organisée de l'enseignement obligatoire, les effectifs pléthoriques de l'administration, la multiplicité des institutions et leur politisation effroyable. Il y a peu à attendre des politiques en place, dans la mesure où ceux qui devraient s'attaquer au problème sont précisément ceux qui ont organisé cette gabegie dans une logique de marché électoral dont ils vivent et survivent. Il y a donc un blocage complet.

On est encore plus découragé quand on constate avec effroi (ce que j'étais bien loin de m'imaginer) que toute une partie de la population francophone belge se comporte, en dépit de tout bon sens, de toute observation réaliste des événements et surtout de toute perspective, comme des drogués à l'égard du concept "Belgique". Quand je vois sur le forum apparaître une espèce d'alignement lexical se voulant être une "ode" à la Belgique, contre-chef-d'oeuvre littéraire digne d'un enfant d'école primaire, j'éprouve à titre personnel l'envie d'aller me cacher à la cave ou de me volatiliser dans un autre monde lorsque je pense ne fût-ce qu'une seconde à l'image que cela donne de nous en prenant pour hypothèse le fait que des Français, des Canadiens, des Suisses, voire des Congolais viendraient consulter ce forum, intéressés par cette crise belge dont ils ont apparemment entendu parler.

D'un autre côté, je suis sensible à votre réflexion concernant le fait que le personnel politique francophone se rende bien compte que la Belgique n'a pas d'avenir et qu'il va falloir passer à autre chose. Un élément plaide dans ce sens : le RWF de P-H Gendebien est souvent raillé pour ses échecs électoraux, et je me propose même de railler moi-même ces gens en raison de la méthode de communication de certains de ses militants qui consiste à se lancer dans des démonstrations historiques sans intérêt (quand elles ne sont pas carrément dépourvues de fondement) et à attaquer les gens dans leur identité belge (provoquant par là une réaction instinctive de rejet), alors qu'il faudrait inciter les gens à remettre en cause cette identité par eux-mêmes en les amenant à faire des constats durs mais réalistes. Ce n'est sans doute pas facile : l'absence d'ancrage populaire et de figures de proues connues d'un public autre qu'une frange de la population d'un niveau socioculturel plus élevé que la moyenne, les opérations de lavage de cerveau belgicaines d'origine assez mystérieuse et la soumission intellectuelle qui a été instiguée dans les esprits wallons par l'Etat belgo-flamand ne facilitent pas les choses mais je crois qu'ils ont tout intérêt à déromantiser et à désintellectualiser leur discours, car en dehors de cela, leurs constats et analyses sont souvent cruels mais irréfutables.

On constate cependant que ce M. Gendebien, qui n'est pas un mandarin parachuté de la planète Mars au sein du paysage politique belge, occupe quand même pas mal de place dans les médias francophones. Vu ses scores électoraux, s'il occupe une telle place, c'est que l'on veut bien la lui donner. J'ai observé lors d'un dernier débat politique que les élus flamands présents sur un plateau de télévision ne manquaient pas de se gausser de son insignifiance électorale, tandis qu'en dehors du jeu normal d'attaque et de contre-attaque d'un débat politique, j'ai plutôt l'impression qu'on le ménage du côté francophone. Je me demande donc si les quatre partis traditionnels ne le font pas ouvertement venir, sachant qu'il présente un risque de nuisance électorale faible pour eux, aux fins de faire entendre un message qu'ils partagent mais ne peuvent se permettre de délivrer.

Il n'en reste pas moins qu'il faudra un jour secouer le cocotier et s'attaquer clairement à la question de la belgitude des Wallons, car le génie flamand pour mener les gens en bateau est quelques fois sans limites et l'appel du mandat et du petit confort que les Nordistes veulent bien concéder à la politique francophone est parfois si fort qu'il amène les représentants en question à éluder toutes les questions fondamentales. Compter sur le fait que le nationalisme flamand ne se contentera pas du confédéralisme relève d'une attitude wallonne érigée en mode de fonctionnement qui consiste à faire reposer son avenir sur l'action ou l'inaction d'un agent extérieur. Cela m'inquiète au plus haut point et me fait craindre que le cirque puisse encore se perpétuer très longtemps, bien plus que les trois années que vous évoquez. S'il n'y a pas l'une ou l'autre figure de proue au sein des partis traditionnels francophones qui prenne le risque de mettre la vérité sur la place publique et de sortir de l'ornière, et si l'étranger n'envoie aucun message clair pour dire clairement que ce pays ne répond plus à la définition d’un pays, intuitivement, j'éprouve les pires craintes que toute cette crise retombe comme un soufflé et que l'agonie se poursuive lentement mais sûrement pendant (je pense) une bonne vingtaine d'années encore."


WALLONS ENFANTS ....


JF Le 22/11/2007

Au chantre de « Wallons Enfants », alias Azrael

Quelques observations pour recadrer votre propos, si vous le permettez.

- « (…) la France, c’est aussi beaucoup moins d’impôts sur les revenus » - Monsieur, j’ai de la famille très proche qui vit et travaille dans le beau pays de Voltaire et Sarkozy et suis donc bien placé pour vous dire que vous vous faites de solides illusions : si la pression fiscale n’est pas triste chez nous, elle l’est encore moins chez nos voisins du Sud, il y a belle lurette que Mitterrand est passé par là (p.m. depuis 1981…).
- Qui vous dit qu’une « Belgique refondée » devrait perpétuer le déséquilibre, patent il est vrai dans les structures politiques fédérales, au bénéfice du composant flamand ? Une grande convention nationale devrait permettre d’en discuter franchement en remettant les choses à plat. Ce sera aux francophones, Wallons et Bruxellois, de se faire entendre clairement et nettement, sans se mettre à genoux (et pourquoi donc ? Que les Wallons cessent donc de ressasser leur complexe d’infériorité mal rentré qui n’a aucune raison d’être vu ce dont ils sont capables), et s’en évitant la honte et le ridicule de se jeter à la tête de Marianne (qui n’en peut mais, d’ailleurs).
- Ce bon M. Baron (ça fait très républicain) Gendebien : vous avez raison de soupçonner les partis traditionnels de le ménager : il fait un épouvantail si commode. Il faut dire qu’il y met du sien : j’ai eu le « privilège » de le voir moi-même à l’œuvre, il y a quelques années à Paris, dans une réception à laquelle nous assistions, nous groupe de Belges flamands, wallons et bruxellois. La principale occupation du baron Gendebien était de comploter dans les petits coins pour tenter d’y attirer les Wallons d’entre nous pour les monter contre les Bruxellois (qu’il tient visiblement pour des « Flamands francisés », rejoignant par là les thèses du Vlaams Belang !) et les Flamands. Ce monsieur est pathétique, sa crédibilité approche de zéro pointé bas.


Azrael Le 22/11/2007

@ mes nombreux détracteurs et particulièrement JF ....

1/ en ce qui concerne la charge fiscale française, je dois malheureusement vous contredire.
S'il est vrai que l'administration de François Mitterand a relevé les seuils d'imposition en ce qui concerne les Français (très) aisés en instaurant l'IGF, il n'en est pas de même pour les classes sociales moyennes et inférieures.
J'ai moi-même de nombreux amis en France et les comparaisons sont toujours favorables aux contribuables français. Je vous invite d'ailleurs à vous connecter sur le site du Ministère des Finances à Paris et de simuler votre cas personnel. A moins que vous ne fassiez partie de l'élite rétribuée confortablement, vous aurez des surprises.
J'admets que les charges foncières sont supérieures en France par rapport à la Belgique.
C'est vrai qu'on paie aussi pour rouler sur les autoroutes (combien plus confortablesque les nôtres).
Mais pas de taxe de circulation, pas de taxe auto-radio, tarifs des assurances vraiment avantageux .....
Et coût de la vie inférieur au belge (tous les frontaliers - et j'en suis- font leurs achats dans les garndes surfaces françaises)

2/ J'ai passé l'âge de croire encore au père Noël même si on nous prévoit un gouvernement sous le sapin (on nous l'avait promis successivement le 21 juillet, le 15 août, le 11 et le 15 novembre, le 6 décembre ....), je ne peux croire qu'un équilibre sain et productif sera un jour ré-établi dans notre pays. Certes, actuellement, il semble que le dialogue reprenne entre communautés. Je crains que ce ne soit, à titre stratégique, une nouvelle séance d'aplat-ventrisme de la part de Didier Reynders.
Rien ne permet d'entrevoir dans l'avenir, un véritable renouveau constructif entre les deux communautés principales belges.

3/ Je partage tout à fait votre opinion concernant Monsieur Gendebien. Dans mon précédent post, il était question de l'aspect du RWF et de sa communication.
Je vous ai déjà dit (mais peut-être prenez-vous le train en route) que je n'ai jamais voté RWF même si je pense que ce parti propose la perspective intéressante pour les Wallons (Bruxelles ?). RWF est un parti d'idées mais non de pouvoir. Il est appelé à s'éteindre de lui-mêeme si sa prospective se réalise.
Les rattachistes (très nombreux sur les forums) ne se reconnaissent pas nécessairement en RWF ce qui explique d'ailleurs ses scores électoraux.

Bien à vous.

WALLONS ENFANTS

jacquesv Le 21/11/2007

Entierement d accords avec vous joelle pour
Superbe initiative,
Continuons comme ça, mais il faut aller plus loin, j' ai peut être un projet qui permettrait de rapprocher flamands et wallons
j ajoutes Belgie best et vivre belge c est mieux et un plus.
JV

Anastasie Le 21/11/2007

Je constate que Mme Houard laisse s'exprimer les opposants à la belgique unie (ce qui est tout à son honneur), mais pas au point de ne pas censurer les faits historiques qui dérangent. L'histoire de la Belgique a été forgée de toute pièce, et l' épisode leopold 3 en est un exemple ( Il tue sa femme en conduisant sa voiture, et l' épisode de la régence est occulté, et plus encore la Question Royale qui montre déjà le fossé entre les flamands et les Wallons). Si je me trompe, vous me le démontrez, sinon, admettez que votre libéralisme n'est que de façade. Une Potemkinisation, ... Comme la Belgique elle-même

JF Le 21/11/2007

A Madame Houard et aux organisateurs de la marche du 18 novembre, je dis : merci et bravo !

Pour autant, ne nous laissons pas aller à brocarder trop vite les « politiciens » : s’ils sont là où ils sont, c’est parce que nous les avons élus. Mais il est important, pour les citoyens-électeurs, de veiller à ce que, passé le cap des élections, il n’y ait pas de dérapage(s), et si oui, à se manifester pour veiller au grain si nécessaire. A ne pas hésiter à se, à nous faire entendre, enfin.

A lire ce Livre d’or, on trouve de tout, et c’est très bien puisque la démocratie, par excellence, consiste à laisser s’exprimer toutes les opinions, même celles qui vous déplaisent.

Mais, tout de même, à lire donc ce Livre d’or, on trouve quelques superbes inepties rattachistes, e.a.

Je suis francophone et francophile : j’aime la France. C’est un pays où m’appellent de nombreuses et fortes attaches personnelles et familiales. Mais je ne suis pas français : je suis belge.

Quelle ironie que ces « wallingants » qui prétendent vomir le « centralisme bruxellois », mais seraient prêts à se jeter dans les bras de la Marianne jacobine ! Il y a là comme un léger mais insistant parfum d’incohérence. Laissons-les donc à leur (doux ?) délire periniste et gendebiennesque.

J’étais l’un des 35.000 à 50.000 (plutôt 50.000) marcheurs de ce 18 novembre tricolore. Oui, il y avait des compatriotes du Nord parmi nous. Il est important de les soutenir, car il faut se rendre compte qu’ils ont à faire face à une énorme pression ambiante, médiatique et sociale, à la manipulation d’une minorité hyper-agissante de « terroristes intellectuels », chantres d’une pensée unique sous-nationaliste clochemerlesque. Ce sont des gens très courageux.

C’est pourquoi j’ai signé sans hésiter la pétition www.sauvonslasolidarité, lancée le 27 septembre par des Flamands, et que je m’engage à la faire connaître autour de moi, à ceux qui ne la connaîtraient pas encore.

JF

Il est vital que nous ne nous laissions pas intimider par la bêtise au front de taureau, que nous ne laissions pas ridiculiser à la face du monde (je sais, il y en a pour qui le ridicule ne tue pas, mais les autres ?). Au retour de la marche de dimanche, j’ai mis à mon balcon, avenue Georges Henri à Woluwe-St-Lambert, un drapeau, non pas le tricolore, mais celui qui a inspiré celui-ci : celui de l’ancien Brabant, au lion noir-or-rouge. Il symbolise l’unité du pays, celle du Brabant bilingue, région centrale qui devrait servir de modèle à une « refondation belge » avec une Région de Bruxelles élargie comme modèle de coexistence communautaire dont les racines sont certes plus authentiques que les élucubrations des sous-nationalistes de tout poil qui beuglent ici ou là sans savoir ce qu’ils beuglent.
Et que croyez-vous qu’il arriva ? Un petit crétin est venu me mettre de la colle dans ma serrure (je sais, j’étais le seul dans l’avenue à me singulariser avec ce lion tricolore, qi n’est pas le lion de Flandre, pour rappel).
Mais la Belgique est faite pour tout le monde : pour les petits crétins aussi. Seulement, ne les laissons pas prendre la barre !


Deckers André Le 21/11/2007

J 'ai été à la marche avec à mes côté des flamand nous avons discuté dans les deux langes et ne sont pas pour les politiciens extrèmistes tel les deux baert qui sont plus sectaires neo nazi ???

AZRAEL Le 21/11/2007

DEBOUT la WALLONIE
Depuis 1830, de grandes choses ont été faites ensemble ! Ne regrettons rien !
La Belgique est née de la volonté des grandes puissances européennes. Elle s'est affirmée par opposition à la France (cf.Pirenne).
L'Etat belge est complètement dominé par la Flandre et n'est plus digne de la confiance des Wallons.
Cette Flandre qui devient de plus en plus une Nation.
De quel droit lui refuserions-nous celui, reconnu à tous les Peuples, de disposer d'eux-mêmes ? Et de choisir se choisir un avenir sans nous ?

La Wallonie vit depuis des décennies dans la douleur de combats politiques qu'elle n'a pas voulus.

Les partis politiques traditionnels entretiennent le flou et même la peur quant à notre avenir. Nous refusons cette fatalité et leur mépris. Les Wallons sont courageux, volontaires et fiers de ce qu'ils sont, comme de ce que leurs ancêtres ont réalisé.
Il n'est pas illégitime, et bien au contraire quand on voit la volonté flamande de continuer à "vampiriser" ce qui reste des institutions belges (Sécurité sociale, Justice, SNCB...), de considérer que la partition du pays serait la meilleure solution pour les différentes communautés.

Nous ne pensons pas pour autant que l'histoire belge ait été vaine !

Nous savons aussi que beaucoup de Wallons n'ont pas envie de renier ce qui sera un jour leur "passé belge".

Nous non plus !

Par sa présence dans plus de 40 % de l'économie wallonne, la France, 5eme puissance mondiale, reconnaît chaque jour la compétence wallonne dans tous les domaines : haute technologie, recherche scientifique, monde bancaire et secteur de la grande distribution, culture et création artistique...

La France est le seul partenaire fort et digne de confiance qui permettra à la Wallonie de se développer et de s'épanouir.

Devenue la 23èmc Région de France, la Wallonie en sera la 5ème par l'importance économique.

Concrètement, pour les travailleurs et les cadres, la France, c'est aussi beaucoup moins d'impôts sur les revenus !

L'union avec la France signifiera, pour la Wallonie, la restauration du sens de l'Etat et de la notion de l'intérêt général.
La République garantira à la Wallonie et à Bruxelles la solidarité et la sécurité institutionnelle qui leur font actuellement défaut.

La France est depuis le 17 mars 2003 un état décentralisé (loi constitutionnelle) ce qui permettra de garantir une continuité institutionnelle entre une "Wallonie belge" et une "Wallonie française". La Wallonie pourrait devenir une collectivité bénéficiant de dispositions constitutionnelles spécifiques, comme ce fut le cas, par exemple, récemment pour la Nouvelle-Calédonie, la Corse, le Territoire de Belfort ou... l'Alsace, par exemple.
Dans tous les cas, les institutions wallonnes conserveront leurs prérogatives essentielles. La Constitution française le permet !

Réunion n’est pas donc synonyme d’annexion !

Quand les Wallons rejoindront la France... ils emporteront le meilleur de la Belgique avec eux !


http://www.deboutlawallonie.net/

Etienne Le 21/11/2007

@ Anastasie...qui devrait réapprendre et reconsulter les archives de l'histoire pour la question Royale et bien d'autres points d'ailleurs.
Ont été contre le retour du Roi: les provinces d' Anvers, du Hainaut et de Liège.
Pour le retour du Roi: Les 2 Flandres, Namur, Luxembourg, le Brabant et le Limbourg.
C'est le poids des grèves organisées dans les provinces qui ont été contre Léopold III qui a mené à l'abdication du Roi et par une histoire telle qu'on la présente actuellement comme Flamand-Wallon.

andree colon Le 20/11/2007

Je viens de parcourir ce forum Bravo Marie Claire et je souhaite que vous allez continur je vous suivrai toujours

a colon

Écrire un message sur le livre d'or

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site