Une Flandre indépendante et hors de l'UE (La libre Belgique)

Auteur  
# 04/12/2007 à 12:43 Xavier Federwisch
Dans la même logique du repli sur soi, la Flandre, qui refuse des transferts financiers vers la Wallonie, va refuser les transferts vers l'UE où quatorze Etats membres sur vingt-sept ont un PIB/habitant inférieur à celui de la Wallonie...


Depuis la trop célèbre émission de la RTBF "Bye-bye Belgium ?", on n'entend plus parler que de la volonté séparatiste des Flamands. Mais s'est-on posé la question du devenir d'une Flandre indépendante ? A-t-on expliqué aux citoyens néerlandophones ce que sera leur avenir s'ils suivaient cette voie ?

La première question à se poser concerne le devenir d'une Flandre indépendante. Il faut évidement poser la question de son intégration dans l'Union européenne. L'UE peut-elle accepter un nouvel Etat membre qui serait une Flandre indépendante ? Je vois, pour l'UE, trois raisons de refuser l'intégration d'une Flandre indépendante au sein de l'UE.

- Il faut l'accord des 27 Etats membres. Il me parait évident que plusieurs pays, dans lesquels il y a des groupes indépendantistes, refuseront cette perspective par crainte d'une contagion chez eux.

- Il faut aussi tenir compte qu'une Flandre indépendante deviendrait progressivement un état fascisant vu l'importance des deux extrêmes (gauche et droite). En effet, tous les partis démocratiques ont été gangrenés par les ex-Volksunie qu'ils ont accueillis. Le premier parti qui a été phagocyté est le SPA chez qui M. Peeters, l'auteur des décrets antifrancophones concernant la périphérie bruxelloise, a été influencé par M. B. Anciaux, ex-Volksunie et père d'un célèbre plan de survol aérien. Ensuite, le CD&V qui en s'alliant à la N-VA se retrouve être à la traîne de M. De Wever et consorts. Et enfin l'Open-VLD où M. Keulen refuse de nommer des bourgmestres francophones démocratiquement élus. Il paraît même plausible que le très théorique cordon sanitaire autour du VB s'évanouisse très rapidement. L'Europe démocratique n'accueillera pas d'état fascisant.

- L'UE a déjà de grandes difficultés à bien fonctionner à vingt-sept. Une Europe régionalisée avec de nombreux petits Etats indépendants issus de la même logique que celle des politiques flamands sera totalement paralysée et appelée à disparaître de la carte mondiale.

Ce serait d'ailleurs dans la logique des revendications flamandes de quitter l'UE. En effet, refuser un transfert financier vers la Wallonie ou un transfert financier de la Flandre vers l'UE correspond à la même logique du repli sur soi. (Pour rappel, quatorze Etats membres sur vingt-sept ont un PIB/habitant inférieur à celui de la Wallonie).

Et donc, les plans des politiques flamands doivent prendre en compte que la Flandre indépendante ne sera plus membre de l'UE, qu'elle sortira du marché commun douanier, du marché commun financier (Euro), du marché commun de la libre circulation des citoyens (Schengen). Le refus d'accepter toutes les règles édictées par le Conseil de l'Europe, en particulier concernant la protection des minorités, devrait également les exclure de ce Conseil.

Il est évident qu'à ce moment, le tissu économico-industriel se détricotera très rapidement et que Jean de la Fontaine leur appliquera une de ses célèbres fables.

Certains Flamands imaginent que l'UE viendra se mettre à genoux devant eux pour leur offrir, sur un plateau d'argent, un statut d'association identique à celui accordé à la Suisse. Il est certain que l'UE ne fera jamais cette démarche qui reviendrait à se saborder pour les mêmes raisons que les trois raisons citées ci-dessus. Anvers vivra à ce moment un second déclin (le premier, selon J. Attali, a été vécu au XVIe siècle).

Evidement, les politiques flamands ont une arme redoutable : le chantage sur Bruxelles. Bruxelles, enfermé dans un carcan géographique, serait progressivement asphyxiée. Faudra-t-il que la Ville de Bruxelles ou le gouvernement de la Région de Bruxelles exproprie le bâtiment du parlement flamand ou/et le bâtiment du gouvernement de la Communauté flamande pour que ces gifles les ramènent à la réalité démocratique ?

Depuis plusieurs semaines, des indépendantistes flamands se répandent dans les médias francophones.

Il est, enfin, dommage que certains politiques wallons s'appuient sur ces mêmes thèses flamandes pour demander, eux aussi, la fin de la Belgique. La Belgique n'est pas un frein au développement de la Wallonie, mais ce sont certains politiques wallons qui refusent d'appliquer les recettes qui créent le progrès dans beaucoup de pays en devenir et je pense non seulement aux dragons du Pacifique, mais aussi aux pays BRIC (Brésil, Russie, Chine, Inde) et même à la croissance phénoménale des derniers pays adhérents à l'UE. Voyons l'Irlande et la Pologne. L'assistanat institutionnalisé, érigé en système, n'a aucune référence montrant un quelconque succès (même s'il a tenu 72 ans en URSS et qu'il vit encore dans certains pays dans lesquels la population a un sort très peu enviable). Le premier plan Marshall (1947) a créé une formidable dynamique, même en Wallonie. Le second (car il n'y en aura pas de troisième) doit mettre en oeuvre les mêmes outils. A ce moment, la Wallonie ne sera plus un boulet que la Flandre et/ou l'UE doivent tirer mais redeviendra un acteur significatif comme elle le fut pendant 350 ans. Dont la Flandre en fut d'ailleurs une des premières bénéficiaires.
# 04/12/2007 à 13:18 Alexander
La région Flamande et son régime linguistique -comportant comme langue officielle et unique le néerlandais- est reconnue de façon explicite et directe par notre constitution, autant que par toutes les institutions européenne qui ont une compétence légal dans la matière!

Ces institutions, ce sont :
- le Parlement Européen,
- le Conseil des Ministres,
- la Commission Européenne,
- la Cour des droits de l'Homme à Strasbourg et
- la Cour de Justice au Luxembourg.

Cette dernière, par exemple a reconnue en 1968 le droit à la Flandre d'organiser des services publics, y compris des écoles subventionnées, qu'en néerlandais (jugement du 23 Juillet 1968). Des francophones militants, proches du FDF, avaient essayé d'obliger les autorités à subventionner des écoles francophones partout en Flandre, dedans et en dehors des communes à facilités. Mais la Cour ne les a pas suivi. Elle a donc explicitement reconnu le caractère unilingue de la Flandre.

# 04/12/2007 à 15:12 Bert
Wat zit dienen halve Pool nu te lullen over onafhankelijkheid? We willen een staatshervorming.....
# 04/12/2007 à 22:33 Leo
Une petite remarque.

SI, (et je dis bien "si") la Flandre sera independente, l'UE ne compte que 26! Vu que la Wallonie ne peut pas non plus s'integrer dans l'UE, elle aussi doit s'inscrire comme (futur) membre, la même que les Cantons de l'Est (s'ils ne vont pas à l'Allemagne/Luxembourg) et Bruxelles/Brussel.

Ce n'est donc pas uniquement une histoire pour la Flandre.

@NL-phonen. Mag ik u eraan herinneren dat Europa/EU enkel LANDEN erkent, en dus geen REGIO's! Gaat een van de deelstaten (in welk land dan ook, dus ook België) de fout in, wordt het HELE land veroordeeld en niet enkel de deelstaat! Regio's worden wel bedeeld met EU-geld, maar dat geld komt wel eerst in centrale handen terecht (waar 't moet worden doorgesluisd)
# 04/12/2007 à 22:54 Leo
le 04/12/2007 Bert écrivait:
Wat zit dienen halve Pool nu te lullen over onafhankelijkheid? We willen een staatshervorming..... le 04/12/2007 par Bert

--------------------------------------------------------------------------------
Bertje, darf ich dich dran erinnern dass es auch noch Deutschsprachigen Leute gibt in Belgien? Die also Germanisch sind, und eine Germanische Sprache reden, mit Germanischen Namen usw?
Hiermit hab' ich das gemacht für dich. Komm also nicht mit anderen Staatsangehörigen an, die du überhaupt nicht kennst!

Die Welt dankt dir!
# 05/12/2007 à 09:14 Bert
De duitstaligen komen Vlaanderen niet verduitsen.
Als Vlaanderen onafhankelijk wordt dan wordt Vlaanderen een land en zal het erkend worden door de EU. Vlaanderen zal dan wel het tiende of negende kleinste land zijn maar so what! Het is niet de grootte die telt.
# 10/12/2007 à 02:19 Marianne DENIS
Pour moi, une chose est claire. Tous, aussi bien Flamands que Wallons, nous nous sommes laissés manipuler pendant des années par tous les gens qui nous ont gouvernés. Et voilà le résultat. Bien entendu ceci n'engage que moi !
# 10/12/2007 à 12:43 Azrael
Madame Denis,
Les hommes et femmes politiques vont dans la direction qu'on leur indique.
Si les partis flamands qui font campagne exacerbée sur le communautaire ont "gagné" le 10 juin, c'est signe que l'électeur flamand va dans cette direction.
Le SPA et Open VLD qui étaient restés plus unitaristes ont chacun perdu des plumes lors du scrutin.
Il est faut de prétendre que les politiciens font autre chose que ce que leurs électeurs leur demandent de faire. La Flandre aura son autonomie car elle le veut : punt, aan de lijn.

Vous ai-je déjà dit que vous portiez un joli prénom ???
# 11/12/2007 à 01:47 Marianne DENIS
Je n'en suis pas si sûre ! Pour prendre un exemple : lors de la guerre d'Iraq, les Belges ont dit "pas en notre nom" et pourtant, (dixit Paul De Vos) "la SNCB et le port d'Antwerpen profitent de la guerre, ... la Belgique fait office de plaque tournante pour les interventions militaires américaines. Une grande partie du transport se fait via notre chemin de fer et le port d'Antwerpen ...(fin de citation). Un autre exemple ? Le droit international interdit la détention d'armes nucléaires ... et pourtant, une dizaine d'ogives sont installées sur le site de Kleine Broggel. Elles auraient dû être renvoyées aux USA et pourtant elles sont toujours bien là, malgré les manifestations et les protestations du peuple belge.
Les politiciens font donc bien autre chose que ce que leurs électeurs leurs demandent.

Et pour finir, je sais que je porte un joli prénom (Marianne c'est toute la France) et pourtant je suis bien belge et fière de l'être.
# 11/12/2007 à 08:57 Xavier Federwisch
Des pays membre de l'OTAN font une guerre que comme vous je trouve injustifiée, mais dans le cadre des traités de l'OTAN nous somme obligier d'accorder le soutien logistique à nos alliés. Quand aux armes nucléaire de Kleine Broggel, elles n'apartienne pas à la Belgique mais aux USA et de plus nous étions bien content de les avoir là comme arme de dissuasion face aux communistes lors de la guerre froide et maintenant que les menaces viennent d'autre partie du monde, je préfère les savoir là, sous une certaine surveillance que autre part dans des endroit plus dangereux. Je ne serais pas contre une sortie de l'OTAN mais alors il nous faut un corps d'armée européen vraiment conséquant et une politique étrangère et militaire commune à tous les 27
# 11/12/2007 à 13:17 Marianne DENIS
A Xavier Federwish. A vous lire, je comprends que nous n'avons pas les mêmes sources d'information. Rendez-vous sur des sites d'info non-alignés comme www.stopusa.be, www.voltairenet.org, www.mondialisation.ca, www.michelcollon.be pour ne citer que ceux-là et vous verrez comme on nous manipule dans les médias traditionnels qui appartiennent aux multinationales ou grosses fortunes et qui dictent ce que le lecteur peut ou doit savoir. Je n'entrerai pas plus loin dans cette question de l'Otan qui est hors propos. Sachez seulement qu'aux yeux du droit international qui interdit toute intervention militaire dans des états souverains la Belgique agit en hors-la-loi (tout comme les autres pays de l'Otan embarqués dans leur "croisade" dans le but de mettre la main sur des ressources qui ne leur appartiennent pas).
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site