Le Roi pour la circonscription unique

Auteur  
# 13/02/2008 à 16:17 LeVif.be, avec Belga
Le roi Albert II a plaidé pour la création d'une circonscription électorale unique et souhaitait une rupture du cartel CD&V-N-VA durant les négociations pour la formation d'un gouvernement orange bleu, rapporte lundi De Standaard .

Selon le quotidien flamand, le souverain était un ardent défenseur de l'Orange bleue, une coalition qui cadre aussi avec les préférences politiques de son chef de cabinet, Jacques Van Ypersele de Strihou.

"Didier Reynders (MR) a aidé le roi a dépasser sa grande aversion pour Yves Leterme (CD&V). Le Palais a tout tenté pour que l'Orange bleue réussisse. Ce n'est que lorsque le formateur Yves Leterme s'est retiré en novembre que le souverain s'est retourné vers celui avec qui il avait bien collaboré durant huit ans: Guy Verhofstadt (Open Vld)", écrit De Standaard.

Durant les négociations pour la formation d'un gouvernement, le roi Albert a plaidé pour la création structurelle d'une circonscription électorale fédérale, un moyen selon lui de maintenir la cohésion de la Belgique. Il souhaitait aussi le maintien des dix institutions scientifiques fédérales (comme l'IRM et les Musées royaux des Beaux-Arts) car elles symbolisent la nation, à ses yeux, poursuit le quotidien.
La N-VA: une organisation dangereuse pour l'Etat

Lors de ses discussions avec Yves Leterme et le président du CD&V Jo Vandeurzen, le roi a plaidé pour la rupture du cartel que le parti chrétien-démocrate flamand forme avec la N-VA, que le Palais considère comme une organisation dangereuse pour l'Etat. Le président de ce parti nationaliste, Bart De Wever, serait aussi la cause des difficultés à former un gouvernement, estime le Palais.
# 13/02/2008 à 17:00 Alexander
De koning, een niet democratische verkozen staatshoofd kan en mag zich niet uitspreken hierover. Dit is ongrondwettelijk en ongepast.
Gelukkig is dit colloque singulier eindelijk eens weggevaagd. Het volk heeft recht op informatie, ook al is dat van het hof.
De koning moet de democratie respecteren en indien het volk beslist heeft om meer staatshervorming en minder Belgie dan moet hij zich daarbij neerleggen.
NVA is republikeins en tegen zijn functie, dat zal hem niet zinnen maar in een democratie is hij als niet-verkozene de laatste om daarover een mening te hebben.
Wordt het niet tijd om die functie eens grondig te herzien en te herleiden tot protocolair staatshoofd?

# 14/02/2008 à 19:04 Un petit Belge (site web)
SI ces rumeurs sont vraies, je trouve que le Roi a joué son rôle convenablement :

1° Il a respecté le choix démocratique des électeurs en tentant d'aider l'Orange-bleue d'Yves Leterme à voir le jour. Rappelons que les socialistes flamands voulaient aller dans l'opposition, qu'Yves Leterme était incontournable avec ses 800.000 voix, et que les écologistes ne voulaient pas entrer au sein d'un gouvernement avec le CDV/NVA. Après avoir reçu tous les partis, le Roi a compris que l'orange bleue était la seule hypothèse qui tenait la route et a fait son possible pour qu'elle voie le jour en nommant Yves Leterme deux fois formateur.

2° Ce n'est un secret pour personne que le Roi défend l'unité de la Belgique. Il est donc normal qu'il soit favorable au projet d'une circonscription nationale. Ce n'est pas la solution miracle aux problèmes communautaires, mais cela obligerait des élus à faire campagne dans l'autre communauté et à voir autre chose que les clichés véhiculés par les médias.

3° Le Roi est quelqu'un de sensé et il est donc normal qu'il soit pour le maintien des dix dernières institutions scientifiques à l'Etat fédéral. Le morcellement des collections des Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles entre les régions et communautés serait une catastrophe.

4° Enfin, considérer que la NVA est dangereuse pour l'Etat est logique, vu que le programme de la NVA est la fin de la Belgique...

Bref, Albert II a bien joué son rôle durant ces six mois de crise et a eu raison de refaire ensuite appel à Guy Verhofstadt.

# 16/02/2008 à 02:39 Maurice
Kris Peeters , ministre-président du gouvernement flamand a déjà annoncé qu'il était contre une circonscription nationale qui allait à l'encontre des votes du parlement flamand de 1999.

Je crains qu'on ait atteind un point de non retour, l'histoire ne tolère guère les retours en arrière. Dois-je vous remémorer le désastre que constitua la restauration ? Il faut être réaliste : l'avenir ne s'apparentera qu'à un démembrement de l'Etat belge. Alors autant s'y préparer de la meilleure manière plutôt que de s'accrocher à des chimères. Je n'ai personnellement pas envie de subir le même cirque à chaque élection, et celle de 2009 s'annonce explosive.

Quand au roi, il est censé être asexué politiquement parlant, mais il est logique qu'il défende son gagne pain qu'est la Belgique. Cependant, je méprise le silence qui est sensé couvrir ces entretiens. Sa majesté ne pourrait-il pas assumer ses prises de position ?

Je ne cache pas mon aversion pour la monarchie. Pour moi elle ne constitue qu'un vestige encombrant du passé, juste utile à faire mousser la ménagère devant place royale. Je n'arrive pas à comprendre comment peut-on encore tolérer que des hommes tirent exclusivement avantage de leur naissance...
# 16/02/2008 à 12:57 Un petit Belge (site web)
Réponse à Maurice : Nous connaissons en Belgique une monarchie constitutionnelle et non une monarchie absolue. La fédéralisation de la Belgique et la prise de décisions communes par l'Union Européenne et l'Otan ont diminué les pouvoirs royaux au fil des décennies. Excepté en cas de crise politique où il a une petite marge de manoeuvre (mais il doit tenir compte du choix des électeurs), le Roi a surtout un rôle de représentation comparable au président de la République italienne ou allemande. Je ne suis donc pas d'accord quand vous parlez d'"un vestige encombrant du passé". Albert II accomplit très bien son rôle et est apprécié des Belges, je ne vois pas pourquoi il faudrait changer le système monarchique qui fonctionne bien.

Vu cette évolution de la fonction royale, le prince Philippe est-il capable d'assumer ce rôle de représentation à l'avenir? La réponse est oui. Il le fait déjà très bien lors des missions économiques à l'étranger, où les entreprises se bousculent pour l'accompagner. La princesse Mathilde est une femme charmante qui est originaire de Poperinge en Flandre Occidentale, a grandi près de Bastogne et a étudié à Bruxelles (une vraie Belge). Leur vie privée ne donne jamais lieu à aucun scandale (peut-on en dire autant du président d'un pays voisin?) et leurs enfants sont déjà bilingues.

Enfin, vous semblez mépriser les ménagères regardant "Place Royale". Ne croyez-vous pas que Nicolas Sarkozy tente, lui aussi, de séduire les ménagères lisant "Voici", "Paris Match" ou "Point de Vue" en médiatisant sa vie privée qu'il veut faire ressembler aux Kennedy, la famille royale des Etats-Unis?
http://journalpetitbelge.blogspot.com
# 17/02/2008 à 19:57 Alexander
Quasi alle Vlamingen (tenminste in de regerende en onderhandelende partijen) willen rekening houden met de Franstalige minderheid. Maar dat is nog iets héél anders dan aanvaarden dat die minderheid quasi al haar grote institutionele voorkeuren moet kunnen blijven opleggen aan de meerderheid.

Franstaligen en unitaristen eisen dus om de wensen van de meerderheid naast zich neer te mogen leggen. Ze eisen daarenboven ook dat een andere belangrijke spelregel genegeerd mag worden, namelijk het subsidiariteitsbeginsel. Alles wat een deelstaat zelf goed kan moet, moet het ook kunnen doen. Franstaligen willen, in volstrekte tegenspraak daarmee, alles maximaal nationaal houden.

Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site