La question bruxelloise

Auteur  
# 12/07/2009 à 19:42 Belge et fier de l'être (site web)
Bon nombre d’antibelges ont dû au moins une fois se casser les dents sur ce "problème récurrent" : que faire de Bruxelles si les 2 groupes linguistiques la veulent ? Un N-VA semble avoir trouvé la solution : une cogestion de Bruxelles par la "Wallonie" et la "Flandre" en cas de scission. ça à l’air simple, mais regardons-y de plus près :

1) Cette organisation est vide de sens, une ville ne peut pas appartenir à deux pays en même temps. D’ailleurs, aucun pays ne la pratique.

2) Admettons qu’ils y arrivent, il est peu probable que cela se fasse sans problème. J’ai écrit plus bas que scinder la Belgique ne ferait qu’augmenter les conflits, puisque les 2 groupes linguistiques (appelons-les comme ça) devront se partager les restes d’un "ex-pays". Ceci est également valable pour Bruxelles dans le cas de figure qui nous occupe. Les 2 groupes linguistiques devront se mettre d’accord sur "qui gèrera quoi" dans Bruxelles, ce qui ne se fera pas sans conflit.

3) Il est peu probable que sur le long terme les 2 groupes linguistiques acceptent d’être "amputés" d’une partie de Bruxelles. Ce serait donc du pain bénit pour les extrémistes qui pourront utiliser le mythe du "pays mutilé". Et ça, ce serait dangereux.

4) En cas de rattachement à la France, ça risque d’encore compliquer l’affaire. En effet, les rattachistes comptent franciser également Bruxelles, rendant une cogestion avec la "Flandre" impossible (ce qui aurait le dont d’énerver les flamingants). De plus, les rattachistes, anti-flamands de nature, se refuseront à faire la moindre concession.

5) Cette mesure est également hypocrite dans la mesure où la quasi totalité des flamingants veulent une reflamandisation totale de Bruxelles, ville qui a leurs yeux leur a été "volée" par la Belgique francophone

6) ça ferait émerger également un nouveau problème : les Bruxellois ne seraient pas satisfaits d’être ainsi privé de nationalité dans le pire des cas, où ne pas savoir laquelle ils ont.

7) On sait déjà qu’une gestion bipolaire est inefficace. Cette fois, c’est Bruxelles qui risque d’en souffrir. Déjà que les partis traditionnels sont incapables de se mettre d’accord, ce sera encore plus grave si la Belgique se scinde.

8) Certains pourraient répondre qu’on doit pouvoir faire des concession. Dans ce cas, quel est l’intérêt de scinder la Belgique si c’est pour y perdre quelque chose ?

9) Car quel que soit le sort de Bruxelles, au moins une des 2 entités devra se résoudre à en perdre soit une partie, soit la totalité. Dire qu’on va y gagner à une scission du pays est donc un mensonge.

10) Quid des francophones de la périphérie ?

Conclusion : les solutions post-belges sont toutes irréalistes, inapplicables, voire même complètement farfelues. On a donc plus à gagner à maintenir le pays. Certains diront que la Belgique est une ineptie alors que les alternatives qu’ils proposent n’ont aucun sens.
# 13/07/2009 à 12:38 Azrael
Il semble vraiment que vous inventiez des raisons pour vous rassurer.

1/ Faux. je pourrais dire que la principauté d'Andorre appartient à la fois à la France et à l'Espagne cogérée par le président français et l'évêque de Seo de Urgell.
Mais n'allons pas jusque là pour bruxelles.

2/Un recensement linguistique sous l'égide de l'Europe réglerait bien des problèmes. 92% de francophones ou assimilés et le reste de flamands.
Un referendum procurerait une possibilité d'autodétermination des bruxellois. C'est pour cela que la Flandre refuse en bloc ces recencements.
Possibilité 1: rattacher Brxl à la Vlaanderen
possibilité 2 : Rattacher Brxl à la Wallonie (France ????)
Possibilité 3 : district européen.

3/comprend pas

4/Attachée à la France, Bruxelles fournirait routes les assurances aux minorités comme la France le fait toujours: liberté, égalité, fraternité. Et ces facilités ne seraient pas limitées dans le temps.

5/Oui et alors. Ce n'est pas parceque les Flamands exigent, qu'il faut tout accepter.

6/ voir plus haut, point 2

7/Voir plus haut, point 2.

8/ Si on avait du trouver une solution au belgium, je suppose qu'il y alongtemps qu'on l'aurait proposée. Le belgium est un problème insoluble.

9/Mensonge ??? Comme vous y allez. La belgique est une inepsie de l'histoire qui entraine des conflits. Quand toutes les énergies passées à se disputer seront récupérées à bon escient, ça ira mieux des deux côtes.

10/ quid des francophones de la périphérie à l'heure actuelle ?
Là aussi: recensement et referendum. Cette solution est l'essence même de la démocratie. C'est bien pour cela que la Flander n'en veut pas.

Conclusion; la belgique actuelle est invivable et il est temps de s'en apercevoir, d'en tirer les conclusiuons et prendre les mesures qui s'imposent.
# 13/07/2009 à 19:20 un passant par là
Une question en passant vous habitez ou exactement en Belgique pour prétendre que l'endroit est invivable?

Pour votre information, la balance migratoire est positive en Belgique et il y a près de 10% d'étranger qui y vivent, ça fait pas mal de masochistes, non?

"Si on avait du trouver une solution au belgium, je suppose qu'il y alongtemps qu'on l'aurait proposée." Cela me rassure, cela signifie que la scission n'est pas une solution. Sinon cela fait longtemps qu'elle aurait été appliquée.
# 20/07/2009 à 12:37 Azrael
Je suppose que vous avez fait exprès de poser ces deux questions.

Car vous avez très bien compris le sens de mon affirmation: la belgique est invivable en temps que telle, comme pays unitaire...

En ce qui concerne la sission, vous savez aussi bien que moi que s'il n'y avait pas Bruxelle, elle serait faite depuis lontemps.
# 20/07/2009 à 18:35 un passant par là
Yop,

je l'ai bien sur fait exprès de poser la question, mais sincèrement, j'avais pris l'expression dans le sens : "il fait invivable en Belgique".
Votre réponse me rassure dans un certain sens.

Pour ce qui est de Bruxelles, je ne sais ce qui se serait passé si elle n'existait pas, il n'y aurait même peut-être pas de Belgique? Laissons l'art de la divination aux augures.

# 21/07/2009 à 13:49 Bernard
Rassurez vous. La France ne s intéresse pas le moins du monde à la Belgique, à Bruxelles, gardez votre caca ...

Vous gagnerez quand un wallon se mettra à la place d un flamand en Wallonie ... et inversement .... Sauf que la langue flamande est au français ce qu est le français à l anglais au Québec ... Minoritaire face à un océan


Le point commun ... Votre destin vous appartient. Soyez comme le Canada des pays qui montrent que notre humanitté, notre humanisme peut dépasser notre bestialité ethnique ... La meute flamande face à la meute wallone ... la meute francophone québecoise face à la meute anglophone ... RAS LE BOL

VIVE LA BELGIQUE VIVE LE CANADA

Message de la France, de la Grande Bretagne et des pays Bas ...
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site