JOURNAUX TELEVISES BILINGUES

Auteur  
# 03/12/2007 à 08:55 PUISSANT BAEYENS Jean-François
Il faudrait faire des journaux télévisés sous-titrés dans la langue de l'autre communauté car la presse joue un rôle important et chacun pourrait s'imprégner de l'avis de l'autre pour mieux se comprendre et se respecter.
# 03/12/2007 à 11:47 Bert
Stop eens in Wallonie met films te dubben naar het Frans, de talenkennis zal stijgen.
John Wayne die Frans spreekt is en blijft een verkrachting!
# 03/12/2007 à 13:26 Xavier
Bert on parle là de journaux télévisé pas de cinéma. Pour ce qui est des films les francophones ne sont pas les seul à doubler les films! en fait les néerlandophnones sont minoritaire dans le soutitrage. En Allemagne tout les films sont doublés (Louis de funez parlant allemand dans Rabbi Jacob, cela vaut le détour), les Italiens, les Espagnols, les Anglais doublent tous les films qui ne sont pas dans leur langue. Je trouve qu'il serait intéressant de prendre exemple sur la chaine ARTE qui diffuse les même programmes en même temps aussi bien en allemand qu'en français, pour ceux qui savent capter les deux chaines. Crer une chaine vraiment nationale avec à chaque fois les sous-titres dans la langue opposée de la personne qui s'exprime à l'écran ne doit pas être si compliqué!!
# 03/12/2007 à 13:42 Bert
En wie zegt dat de ondertiteling overeen komt met wat men zegt .... Ik begrijp het liever zelf. Als je talen wenst te leren op een gewone manier stop dan met dubben, de ondertiteling heb je na enkele jaren gewoon niet meer nodig, ik lees die niet meer ... Duitsers en Italianen wonen niet in een land als het onze. Als je Belg wil zijn moet je je drie landstalen kennen, alleen op school hieraan werken zal nooit lukken.
# 03/12/2007 à 20:58 Robert H.
Pour l'apprentissage des langues, mieux vaut le sous-titrage que le doublage. En théorie, Bert, vous avez raison. Mais ça, ce n'est que la théorie. Nous sommes adossés à un grand pays de 60 millions d'habitants où le marché audiovisuel IMPOSE le doublage. C'est une pure question économique. Le film doublé fait quatre, cinq, , six, dix fois plus de spectateurs que la version originale. Il ya un marché et une rentabilité pour le doublage qui existe en France et qui n'existe pas chez vous. Et ces versions doublées sont aussi projetées dans nos cinémas et diffusées sur nos télévisions. Nous ne cesserons pas de doubler, parce que nous sommes habitués aux versions doublées. Nous ne cesserons pas de doubler, parce que ce n'est pas nous qui doublons. Nous ne cesserons pas de préférerer les versions doublées, parce que culturellement, le rattachement de la Wallonie à la France est une réalité depuis très longtemps. La réalité aussi, c'est que les Wallons qui aiment la Belgique ne l'aiment pas assez fort pour faire l'effort d'apprendre le Néerlandais.

NB : moi je préfère les versions originales sous-titrées !
# 04/12/2007 à 11:20 Bert
Robert, het niet ondertitelen van de films is een gemiste kans om mensen talen te leren.
Het zou in Belgie veel oplossen ....
# 04/12/2007 à 13:57 Robert H.
Bien sûr que c'est rater une chance d'apprendre une langue.

Mais faut pas rêver : ça ne changera pas.
Il y a quelques années, la RTBF diffusait sur la une la version doublée et sur la deux la version sous-titrée des films. Quel pourcentage de téléspectateurs pour la version originale ? Très très faible. Et qui étaient ces auditeurs ? Des gens qui parlaient déjà la langue du film !

Votre proposition ne sera jamais adoptée. Personne ne décidera de ne plus diffuser ou projeter de versions doublées, parce que c'est économiquement idiot.

Par ailleurs, cela ne résoudrait en rien le problème belge qui est bien plus profond que cela. La Flandre est une nation est c'est son droit de prendre le large.
# 04/12/2007 à 14:22 simon
le rôle des médias est en effet très important. il est tellement facile, en sélectionnant les images et les "petites phrases", de faire basculer les opinions! Plutôt que doubler les reportages (ce qui me semble irrréaliste), on pourrait peut être commencer par simplement (pour ce qui concerne la RTBF) diminuer la part excessive sur la France et la remplacer par des nouvelles de Flandre qui ne soient pas systématiquement à leur désavantage. De simples nouvelles (St Nicolas à Anvers, créativité flamande, difficultés sociales, grèves, etc.) montreraient que nous ne sommes pas si différents et que nous possédons meme en commun un humour qui n'est parfois compris que par les Belges et quelque fois difficile à expliquer à l'étranger. Espérons meme que d'ici quelque temps, nous rirons ensemble de ce tour de piste communautaire en nous moquant de nous-mêmes comme nous savons si bien le faire.
Pour ceux d'entre nous qui parlent le flamand, je les encourage à regarder la télé flamande. J'ai déjà bien ri en regardant certaines émission (par exemple, le tour d'Europe ....... des tatoués!).
Et pour les esprits chagrins, je parle bien de "rires" et pas de "moqueries"
# 04/12/2007 à 14:48 Alexander
@Simon
tout a fait d'accord avec vous. Ca vous donnera certainement un autre image de notre region et son peuple.
Si la politique vous interesse, je vous conseille de regarder Ter Zake a 20:00. Il y a tres souvent des documentaires sur La Wallonie et la politique Francophone. L'image qu'ils montrent n'est pas negative, au contraire. J'ai l'impression que la presse francophone ne publie que les extremes et les choses negatives sur la Flandre, les Flamands, la vie privee des politiciens,... a peine je trouve du positive.
# 04/12/2007 à 20:14 Leo
Ik moet Bert in deze (dels) gelijk geven. Het leren van een taal gaat ook door het gehoor!

En om nog te zwijgen van de kost van dubbing. Die ligt hoger, omdat er voor elk personage een andere stem moet komen (in films dan toch) Een ondertitelaar kost maar één persoon.

Of de ondertiteling zegt wat er echt is gezegd? Vrijwel ja. Maar sterk samengevat. Je kan maar max. 2 regels gebruiken!
# 04/12/2007 à 21:22 Robert H.
Le contexte économique n'est pas le même en France et en Flandre. Chez vous, le marché est trop petit pour le doublage ; les recettes ne couvriraient pas la dépense. Chez nous, le marché est trop grand pour se limiter au soustitrage. Le distributeur qui voudrait se limiter aux VO soustitrées se fairait immédiatement rafler le marché par un autre qui lui engagerait la dépense pour le doublage et engrangerait le bénéfice. Ce n'est pas une question de mépris des autres langues, seulement une question économique.
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site